lundi 23 juin 2008

-Anxy Tie Guan Yin 5- M3T

-Nouveau venu,nouveaux émois...c'est avec ce type de thé que j'ai connu les Oolongs.J'aime bien le profil aromatique des Anxi Tie Guan Yin.C'est pour retrouver ces sensations et aller un peu plus loin que j'ai craqué pour celui-là.


La présentation de celui-ci est plutôt agréable,boules régulières,assez grosses,présence de quelques tiges ,un peu étonnant à ce niveau là,nez végétal.L'eau est à 95 degrés,petite zhuni,8 infusions à 20", 35",55",1'30,2',4',8'et15' pour la dernière.



La première infusion est cristalline,jaune très pâle,elle aurait sans doute gagné avec 10" de plus(petit regret)...le nez est assez intense,très floral comme attendu,je retrouve la pointe d'amande .En bouche ,c'est aqueux,très désaltérant,frais,çà "tapisse" bien,strictement aucune amertume,pas d'acidité,un peu astringent,çà forme un tout très persistant, assez vif,"pointu",l'expression n'est pas de moi et n'était pas associé à ce thé là mais lui convient bien:"c'est un thé de soif assurément".La rétro-olfaction est surprenante surtout à partir de la deuxième infusion,puissante et longue,très intense.


A partir de la deuxième infusion,le nez et la bouche gagnent en profondeur et ne se modifient pour ainsi dire pas.La couleur par contre s'affirme,prend une note plus chaude au fil des infusions jusqu'à avoir une très jolie teinte jaune d'or(sur les photos infusions 1,3 et 8).



Ce qui m'a étonné,c'est la stabilité de l'ensemble au fil des infusions.Jusqu'à la 6ième,toujours le même parfum qui sans être capiteux n'en est pas moins puissant,les mêmes notes,la même rétro-olfaction en plus importants.Les deux dernières perdent en force mais le tout est encore harmonieux cependant il faut aller le chercher...



Les feuilles après infusion sont assez grosses, pour la plupart entières,sans aucune brisure,les tiges n'ont apportées aucune amertume,le thé est peu oxydé(moins de 15% assurément)



En conclusion un thé de haute tenue,avec lequel j'ai pris beaucoup de plaisir,à boire "le dimanche ou les jours de fête",et qui appelle expressément à l'achat d'un autre ATGY moins huppé pour les autres jours...

13 commentaires:

emmanuel a dit…

Description précise et soignée. Photos superbes. Quel billet!

De manière générale je trouve ton blog très agréable à lire.

emmanuel a dit…

Les feuilles sèches ont vraiment une belle couleur.

T.alain a dit…

Je te remercie de tous ces compliments,venant de ta part,c'est plus qu'encourageant.Ceci dit j'ai encore pas mal d'effort à faire pour me hisser à un niveau correct.
Pour le blog ,j'essaie de le rendre agréable et paisible,d'y retranscrire l'atmosphère d'un moment de thé...le plus dur sera peut être à faire dans le renouvèlement....là c'est assez facile les idées viennent relativement vite...

Miam a dit…

Il fait chaud ajourdhui, et un Oolong est parfait avec ce temps !
Miam

T.alain a dit…

oui,celui -ci me laissera un souvenir au moins aussi intense que son parfum...Miam et hummmm...vraiment un thé exceptionnel

flo a dit…

comptes-tu essayer aussi de le faire en zhong ? la porcelaine va très bien pour ce type de thés.

Avec ce numéro 5, c'est vraiment un très beau thé que tu as le bonheur d'héberger !

T.alain a dit…

@Flo
Oui ,j'en ai bien conscience et je l'ai abordé avec beaucoup d'humilité.
Il est vraiment extraordinaire,je ne sais pas si j'ai bien réussi à faire transparaitre ça dans mon post.
C'est une mauvaise comparaison mais à la manière d'une "moutarde qui vous monte au nez" ce thé remue le nerf olfactif d'une façon qui manque vraiment de courtoisie...mais le tout sans jamais manquer d'élégance.Les parfums sont très purs dans le domaine floral et il n'y a que peu ou pas de notes végétales.je n'ai jamais re"senti" cette impression avant du moins avec autant de puissance,c'est dans ce sens que je le disais "pointu"...et la bouche quoique moins marquée ne dément pas le nez.Vraiment une très belle rencontre.Comme je l'ai dit,je vais vraisemblablement acheté un autre ATGY qui me permettra d'apprécier d'avantage encore celui-ci.
Pour ce qui est de l'essai en zhong
c'est pour la prochaine fois.Aurais-tu une idée de protocole à me conseiller?

ginkgo a dit…

magnifique ! quelles photos et quelle belle retranscription de ton parcours au long des infusions.....
je te rejoins à 100% dans ce que j'y ai découvert avec mon petit échantillon et je ne l'ai pas poussé aussi loin.
je suis contente que tu l'aies aussi apprécié : il a du tempérament et mérite qu'on s'y arrête les jours où l'on a le temps .
(Du coup je vais aussi m'en acheter un peu !)

T.alain a dit…

Ginkgo tu est vraiment quelqu'un d'adorable.Ton commentaire est vraiment très gentil...comme tous les commentaires de toi que j'ai pu lire ici ou sur d'autre blogs.
Je suis content de lire que tu partages mes impressions sur ce thé et qu'il te plait autant.
C'est un thé tellement féminin que je dirais aisément qu'"elle" a du temperement,vraiment une très belle découverte pour moi...Merci encore

flo a dit…

je peux toujours te dire comment je fais --qui n'est jamais que... ce que je fais !:)

Mais avant, il faut considérer la contenance de ton zhong : les feuilles déployées occupent beaucoup de volume. Avec un zhong de 13 à 15cl (ce qui fait moins en contenance utile, parce que la contenance est souvent donnée ras bord, mais on ne remplit pas ras bord) par exemple, tu pourras mettre 6g ; avec un zhong entre 10 et 12 cl, plutôt 5g.

Dans tous les cas, en ce moment je fais "les feuilles dans l'eau et l'eau dans les feuilles" : l'eau ne "dépasse" pas les feuilles, mais les feuilles sont immergées (style 1mm d'eau au dessus d'elles). Sauf sur la toute première infusion, évidemment (elles sont encore bien roulées même après rinçage) : mais pour celle-ci je mets un peu moins d'eau, je veux dire que je ne remplis le zhong qu'à un petit trois quarts (c'est lié aussi au fait que je fais des extractions plutôt brèves : si tu démarres avec une durée d'infusion un peu plus longue, tu n'as pas besoin de tant regarder l'eau). A mesure que les feuilles se déploient, je verse davantage d'eau, puisqu'il en faut davantage pour recouvrir les feuilles.

Bon, mais ça, ça relève plus de la manie perso, d'un truc que j'essaie, que de quelque chose d'important. Je ne pense pas que si il y a 8mm d'eau au-dessus des feuilles ça va radicalement changer le monde :)

Préparation :

>j'ébouillante bien le zhong, je place les feuilles sèches dedans. Je les y laisse ~20s. Je les sens, j'en profite pour humer le couvercle du zhong. Ne pas laisser trop longtemps le zhong découvert.
> rinçage, à gestes lents et continus pour que le temps de contact eau/feuilles permette de les "ouvrir" bien, mais sans "laisser tremper". Humer les feuilles rincées et le couvercle du zhong. ne pas laisser le zhong découvert trop longtemps, replacer le couvercle.

Infusions :

>j'aime bien les extractions minimales, j'y reviens pas mal en ce moment. Par là j'entends 15s, ou 20s. Mais 30s, ce n'est pas très très long, tout de même. Là, à toi de voir ce qui te semble le plus adapté. 20s, qui te semblaient un peu courtes en infusion 1 avec ta théière, te sembleront ok en zhong si ta théière "boit" les arômes (de toutes façons la comparaison avec la porcelaine te donnera là-dessus une indication). Si les feuilles sont bien "ouvertes", ces 20s seront d'autant satisfaisantes.

> je fais des infusions lissées, je ceux dire par là avec écarts de durées minimaux entre infusions.
Par exemple :
- 20/20/25/30/30/35/40/45/45/45...
(avec une dernière infusion qui elle poussera +, là je ne compte pas mais je verse quand les parois du zhong ont tiédi --ça représente qq mn)
- ou bien
30/30/30/30/35/35/40/40/45/...
(idem pour le dernière)
La taille de l'écart, à partir de la 4e ou 5e infusion, est à moduler selon l'endurance de ton thé, sa complexité aromatique. Tu peux aussi te donner un écart de 10, plutôt que de 5.

Ne pas oublier de humer le couvercle du zhong au moment où tu verses ! et les feuilles.

Si tu n'as jamais pratiqué ainsi, avec de faibles écarts, fais l'essai avec un thé moins précieux, histoire de voir si ça te va.

Température de l'eau : dès que l'ébullition est retombée et la bouilloire silencieuse, ça me va (mais vois aussi la discussion chez Emmanuel dans son billet "Taïwanaise").

Boire la liqueur : pas dès qu'elle est versée dans la tasse, il faut laisser tomber un peu la chaleur.

Il convient très bien d'avoir un pot de verse (pichet), dans lequel tu verses toute la liqueur ; tu reverses ensuite dans la tasse, à mesure que tu bois. cela permet une bonne homogénéité aromatique, + la gestuelle (verser 2 fois) amène plus rapidement à bonne température. Verse de près dans le pichet, d'un peu plus haut du pichet vers la tasse (sauf sur la fin du pichet, logique, la liqueur y a déjà tiédi).

J'aime bien la passette pour retenir les petits minuscules bouts de feuille. En fait pendant des années je n'en ai pas utilisé, j'en ai une depuis 2 mois à peine. une passette à thé en inox (cône avec un fin tamis au fond) se trouve à 2,30 ou 2,50 euros, c'est rien du tout. tu la mets sur le pichet avant de verser, elle tient toute seule. et si tu verses direct dans un 2e zhong, tu tiens la passette d'une main et le zhong-infuseur de l'autre. simple. mais si tu n'en as pas, évite la petite passoire classique de cuisine à mon avis : trop profonde, elle risque de tremper dans le thé (l'idée me dérange), et puis elle ne sera pas assez fine, il faut vraiment un tamis inox très serré.

voilà voilà...

emmanuel a dit…

Perso je ne fais pas de rinçage. Je commence donc avec un infusion un peu plus longue (40s). Puis c'est comme toi Flo (20s etc..)

Quant à la température de l'eau j'ai fait pas mal d'essais récemment (notamment avec un baozhong, plus fragile) et je tends à penser de nouveau qu'il est préférable en théière de commencer avec un eau à environ 85°C (j'ai une bouilloire à thermostat). En fait, ce sujet faisait l'objet de mon premier billet sur chauthé. Après je suis passé par une période zhong (pour ce type de thés) ou le "tout à fond" marche bien, avant de me reposer récemment de nouveau ces questions.

Je trouve sinon que les vidéos de teamasters expliquent très bien comment l'eau doit être versée suivant le type de thé.

T.alain a dit…

Très interessant tout çà...Jen ai assez lu pour me faire une idée de ce que je ferais.Je disais à Flo que j'abordais ce thé avec humilité...c'est vraiment çà,qui plus est je ne me sens pas à l'aise avec...probablement la peur de me décevoir.Bon mais çà reste malgré tout un thé...
Au risque de passer pour un flatteur:comment fait-tu Flo pour avoir toujours la bonne adresse/remarque/pratique/sobriété/précision (et j'en oublie) en toutes circonstances?

flo a dit…

oh, je crois qu'il ne faut pas te laisser intimider par le thé : certes, il convient de le respecter, au sens où on respecte un beau produit (un bon cassoulet de terroir aussi ça se respecte, je veux dire par là qu'on va le faire mitonner, on va le mettre dans une assiette sympa, le déguster en le savourant, on va en parler avec les autres convives, on va prendre le temps), mais voilà : ne pas s'intimider. Bon, en même temps c'est facile à dire, je ne suis pas sûre de faire ce que je dis :DD

hé hé tu es trop sympa Alain : la réponse est dans le billet comme le bonheur dans le pré ! quoi de plus facile que de dire un truc, à partir d'un billet qui nous parle, qui réveille en nous le souvenir d'une expérience, qui met le doigt sur une chose qu'on a à dire, alors que sans avoir lu ce billet on ne se serait sans doute même pas vraiment rendu compte qu'on pensait ceci ou cela sur telle question ?