mercredi 24 septembre 2008

-Mégalithes aromatiques

 -Le Fujian,qui se trouve au sud-est de la chine bénéficie d'une climatologie très bonne pour le thé:19°6 de moyenne annuelle,1340mn de précipitations,77% d'hygrométrie.Il se situe juste en face de l'ile de Taïwan et est le berceau des thés de Rochers. Ils sont appelés Wu Yi Yan Cha (Thé de la montagne Wu Yi située nord-nord-est du Fujian) et sont des Oolongs torréfiés.En anglais on peut les trouver sous l'appelation "Cliff teas"ou "Rock teas".
 Leur histoire est récente et remonte tout vraissemblablement vers fin de la dynastie Ming (míng cháo, 1368-1644).




 Il existe plus de 800 variétés réferencées souvent dénommées par le nom de leur cultivar:Da Hong Pao,Rou Gui,Shui Xian, Shui Jin Qui,Tie Lo Han, Bai Ji Guan,Qian lin Xiang,Jin Fo, Ban Tian Yao, Bei Dou,Ba Xian...je vous fait grâce du reste,qu'en plus j'oublie ou j'ignore...

 




 La variété la plus mythique reste le Da Hong Pao (DHP) dont les plants originels restants (5 ou 6) se trouvent sur la colline de Tian Xin et produisent chaque année un petit kilogramme de thé en une récolte unique.Ces plants auraient été obtenus à partir de graines (?),chaque plant doit donc avoir un profil aromatique un peu différent.La récolte est individuelle pour chaque plant (choix du meilleur jour de maturation des feuilles) et subit un traitement préliminaire.Ensuite l'ensemble de la cueillette est regroupée et blendée pour la torréfaction.Une partie de la récolte est vendue aux enchères en lots de vingt grammes chacun,les sommes atteintes sont réellement astronomiques,jusqu'à vingt-cinq mille $ par lot...sans aucun doute la parcelle agricole la plus rentable au monde.Toutefois,et heureusement pour nous,les plants originels de DHP ont été dupliqués par bouturage rendant le produit "relativement" accessible,un très bon DHP restera cher quoiqu'il en soit...La cupidité humaine restant un puits sans fond,il va sans dire que l'entourloupe va bon train;Vrai/faux DHP ou plus retort blend avec des cultivars moins prèstigieux...méfiance donc dans vos achats.choisissez les bonnes maisons.




 
 
 
 D'autres variétés font heureusement le bonheur de nos papilles et de nos turbines nasales.Certaines sont des clones,assurant une stabilité aromatique à la récolte.Le Rou Gui est une obtention clonale du début des années 80,et fait partie des standards de Wu YI.Il est censé sentir la canelle mais je ne l'ai jamais constaté,parfois il peut avoir également des notes de cassis.Le Shui Xian qui signifie narcisse est une des variétés les plus cultivées du fait qu'il semble être un cultivar assez solide sur le plan phytosanitaire et qu'il présente un port assez bas et de grandes feuilles (short-arbor big-leaf).Le Bai Ji Guan présente sur pied des feuilles d'un vert très pâle et donne aprés infusion des feuilles d'une couleur bien plus claire que les autres Rochers.Le Ban Tian Yao serait un arbre oublié dont l'unique exemplairea été retrouvé et dupliqué dans les années 70,Son origine remonterait aux années 1700.

 A l'origine les thés de rochers sont traditionnellement hautement torréfiés mais le goût des amateurs pour les notes torréfiées étant moindre,les producteurs ont naturellement mis à disposition du public des productions plus faiblement torréfiées orientées d'avantage sur des notes plus fruitées/florales.Il est à noter que ces thés là necessitent des re-torréfactions de "rafraichissement aromatique" plus fréquentes que leurs cousins plus torréfiés.

 Voilà le portrait de famille de thés que j'apprécie particulièrement,je n'arriverais sans aucun doute jamais à en faire le tour,toutefois l'intéret que je leur porte rendait necessaire ce petit topo sans prétention que je pourrais sans doute modifier au fil de mes pérégrinations...

5 commentaires:

Philippe a dit…

Article intéressant et très instructif. Merci Alain !

Thomas a dit…

Oui, effectivement très instructif, très bel article...

par contre, je trouve qu'avec ce genre de contenu particulièrement érudit, il me parait nécessaire que tu dises une petit mot sur tes sources d'informations sur le sujet, ne serait-ce que pour nous permettre de fouiller un peu plus... désolé mon esprit académique qui ressort par moment...

Aussi, concernant les vrais théiers de DHP, il paraitrait que les théiers qui poussent sur la falaise avec l'inscription DHP gravée ne sont pas du tout les vrais théiers souches originaux de ce cultivar mais un espèce de mise en scène destinée à développer le tourisme dans la région. Les vrais théiers souches produisent des thés tellement précieux que leur emplacement est tenu secret...

T.alain a dit…

@Thomas
Pour le DHP j'ai vu une vidéo sur you tube avec une inscription gravée en rouge sur une grosse roche,ça me parrait effectivement assez étrange que des toutristes puissent avoir accès aussi facilement(à quelques mètres) à des plants aussi précieux et qui ne sont même pas surveillés!
La mise en scène est compréhensible ,induite par la protection necessaire du vrai DHP,ne protège-t-on pas Lascaux?
Mes sources:sites marchands,bouquins,internet,Wiki,blogs anglophones.Je complile des infos depuis pas mal de temps et là j'avais suffisement de matière pour cet article...

Loula a dit…

En effet, merci pour cet article, c'était ma prochaine question!!
;-)

ginkgo a dit…

ah quelle passion pour cette famille de thé et si bien rendue et documentée et en + avec de belles reproductions picturales : qui est l'auteur de la peinture à l'encre no2 ? ...merci pour cet article j'apprends plein de choses !